mercredi 3 avril 2013



BALÉARES 2012


La photo qui a inspiré le diorama


              Je vais parfois en vacances  aux îles Baléares, à Soller, où roule encore un sympathique tramway qui fait la jonction entre la ville et le port. C'est à la gare du tram, au centre ville, que j'ai trouvé cette maquette. j'ai décidé de la monter.

La Maquette : 






Elle est en bois, whyte métal et cuivre.

        Autant vous en avertir sans attendre, c'est ce que nous appelons, dans notre jargon de modéliste, "une maquette d'homme". la difficulté est permanente, les pièges nombreux, le premier étant la notice de montage entièrement rédigée en espagnol ce qui ne facilite rien lorsqu'on ne parle pas la langue!
        Mais le montage, s'il est fait lentement, avec précautions, assemblages à blanc et mesures fréquentes, ne pose pas de gros problèmes.





        Avant toute autre chose, il  faut inventorier et repérer les pièces, notamment les lattes de bois fournies dans la boîte. Il n'y en a pas assez pour réaliser la maquette, j'ai dû me réapprovisionner chez mon fournisseur habituel. J'ai également acheté des barres de laiton, celui proposé dans la boîte est enroulé, ce n'est absolument pas pratique pour faire des barres droites, comme nous le verrons plus tard.


Le Montage : 

On commence par le montage des sièges, les pieds sont en métal et le reste en bois. Attention, le découpage des pièces (prédécoupées) nécessite un excellent cutter, des gestes mesurés pour ne pas détériorer la pièce à enlever de la planche (repérer les pièces sur les planches avant montage), et un ponçage léger des bords de chaque pièce.


entre les pieds de métal, il faut ajouter une barre de laiton. Imaginez l'effet s'il fallait utiliser le laiton redressé? Les pieds et la barre , collés à la cyano, sont ensuite peints en noir mat. et positionnés sur le plancher du tram pour essai : 




Après avoir essayé chaque banquette, il est nécessaire de peindre le plancher (ici à la bombe) en gris clair : 


Une fois la peinture sèche, on colle les banquettes à la cyano : 


Le découpage des cloisons est délicat. ici, un essai à blanc avant plaquage de chacune des faces.

Procédez lentement pour coller chaque latte de bois. Attendez que tout soit bien sec pour découper le surplus de bois.




Toutes les faces des cloisons doivent être évidées et plaquées. ici, essai à blanc des emboîtements d'angles...

Commencez d'abord par plaquer les faces intérieures des grands côtés.

 A ce stade du montage, il importe de poser les fenêtres intérieures (rodoïde fourni dans la boîte, collé au Micro Kristall Klear, ou MKK) sur les montants découpés :



 puis d'installer les barres de cuivres horizontales côté cabine de pilotage. Bien respecter les étapes de montage est indispensable, toute précipitation pourrait s'avérer fatale .




Une fois ces grands côtés collés, procédez au montage des deux cabines de pilotage (une à chaque extrémité de l'engin) :




l'ensemble fixé, procédez au plaquage extérieur en vous basant sur les montants des futures fenêtres : 



 Préparation des fenêtres : 
Collage des rodoïdes sur les supports découpés


 Montage des fenêtres à glissières, dans les positions désirées (ouvertes ou fermées)

 Préparation des postes de pilotages (2) en bois :

 Assemblage des pièces qui formeront le poste en lui même :


 Positionnement à blanc dans le tramway :


Installation des accessoires après peinture du poste en noir mat : 


 Positionnement et fixation du poste à sa place définitive :
 Préparation du plafond intérieur du tram (baguettes collées sur la feuille de papier servant de décor (fournie dans la boîte), en arrière plan, les lampes du plafond en métal :

 Détail des lampes, avant peinture :

 Après peinture :


 Ajustage et test de positionnement du plafond sur la cabine avant collage des lampes après positionnement des barres d'accès au tram (laiton et métal) :

 Collage définitif des lampes sur le papier (cyano) :


 Collage définitif du plafond intérieur :


  La décoration collée, début de lattage du toit de la machine (colle à bois et clous en laiton) :



Il est important de commencer par les côtés en revenant vers l'intérieur. la dernière latte est celle du centre du toit, elle doit être taillée à la mesure exacte de l'emplacement qui reste libre. Les clous ne sont pas totalement enfoncés de manière à pouvoir couper les têtes au ras du bois :
Le toit terminé est poncé avant de poser les barres de finitions des bords :


 La cabine est prête à passer en peinture, il s'agit de peindre maintenant le toit en gris :

Après avoir totalement isolé les côtés qui ne doivent pas recevoir de peinture (journal), la pièce est placée dans la cabine de peinture :


Deux couches de peinture en bombe seront nécessaires, avec 12 h de séchage entre elles. Attention à ne pas faire de coulures :
Laissez bien sécher la seconde couche avant d'ôter la protection et positionner le décor orange de part et d'autre de la machine...
Préparation des roulements ; travail délicat car il s'agit d’enchâsser les pièces en métal dans les fines lattes de bois très fragiles, calme et patience sont, ici, obligatoires :

 Essai des pièces de roulement montées :


 Montage des roues :

Certaines pièces doivent être creusées à la fraise et à la lime, pour permettre le passage d'un axe de maintien en métal :


 Positionnement des axes de soutien dans les pièces creusées puis fixation définitive des roues :

 Le support moteur est obtenu en collant des lamelles de laiton pliées à l’étau et collées sur la plaquette de bois (cyano) :


 Mise en place définitive du moteur et des crochets d’amarrage sous les extrémités avant et arrière :


 Vue générale des roulements fixés sur le plancher peint en noir mat eu préalable :

 Préparation de la caténaire et montage en images : 

                                   1°)

                                   2°)
                                     
                                   3°)


Positionnement de la caténaire et de tous les autres accessoires sur le toit, puis peinture : 


le montage est terminé


 Bien entendu, j'ai décidé, après ces quelques 200 heures de travail, d'améliorer un peu le menu en fabriquant un tronçon de voie ferrée, histoire de rendre cette maquette plus réaliste.
J'ai pris une planche de polystyrène extrudé de 25mm d'épaisseur, découpée un peu plus longue que la longueur hors tout du tram. Les traverses seront en balsa vieilli à la brosse métallique avant peinture :

 De la litière pour chat passée au moulin à café et d'abord peinte en noir fera un excellent ballast (fixation à la colle à bois) :


 les rails seront en tiges plastique de la marque Evergreen, une première, en demi cercle étant collée sur une seconde en forme de H positionné à l'horizontale. la largeur supérieure sera réduite pour correspondre au diamètre de la tige semi circulaire


Reprise de la peinture du ballast en gris et essai de positionnement des rails après peinture (marron rouille pour le dessous,  et Humbrol spécial série 0000XX pour la brillance du dessus.


Détails de la fabrication des tirefonds de fixation des rails sur la voie... Après avoir découpé à l'emporte-pièces des petits ronds de plastique , j'ai collé sur chacun d'eux un morceau de tige (Evergreen) carré. A quatre boulons  par traverse, je vous laisse compter...





                                         Positionnement et fixation par collage (araldite)



Mise en peinture des tirefonds et installation des détritus (paquet de cigarettes vide) sur la voie :

                    Tickets usagés (se sont de vrais tickets du tram de Söller réduits à l'échelle)



Une voie ferrée est toujours jonchée de détritus, papiers de bonbons, pelures d'oranges, paquets de cigarettes vides, tickets usagés, emballages de chocolats etc. C'est ce que j'ai reproduit sur la maquette : 


Les vitres du tram ayant été salies au montage, il m'était impossible de les nettoyer sans qu'elles ne se désolidarisent de la maquette. J'ai donc opté pour un tram à l'arrêt en cours de nettoyage, j'ay ai adjoint un nettoyeur de vitres assez maladroit puisqu'il a laissé son sceau se renverser : 
 


 
 
 J'(ai décidé de fabriquer en scratch, un des fameux poteaux qui soutiennent les câbles électriques tout le long de la voie entre Söller et le Port de Söller. J'ai utilisé de la tige Evergreen : 
 

Les fils d'alimentation de la machine sont symbolisés par des tiges de cuivre qui seront peintes ensuite.



                                                     Le tramway de Söller est terminé
                                            Il ne reste plus qu'à lui fabriquer une vitrine


                                                   Meilleurs souvenirs des Baléares...

Qu'en pensez-vous?



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire